Lors d’une campagne d’e-mailing, trouver la bonne fréquence d’envoi n’a jamais été facile. Mais dans tous les cas, ce qui est sûr, c’est de ne jamais se contenter d’un unique envoi. Mais quelle est la fréquence d’envoi idéale pour une campagne d’e-mailing ? De leur côté, les abonnés ont également leur préférence de réception d’e-mails de la part des marques. Envoyer peu ou trop d’e-mails comporte des risques et des avantages.

 

Augmenter la fréquence d’envoi d’e-mailing : avantages et inconvénients

 

Des courriels qualifiés d’intrusifs par les abonnés, c’est ce que l’on doit éviter dans une campagne d’e-mailing. En effet, les abonnés semblent être d’accord sur le fait que recevoir plusieurs e-mails commerciaux par semaine, de plus de la part d’une même entreprise, est intrusif. Ce qui peut alors impacter fortement le taux d’ouverture et le taux d’engagement des abonnés. Par ailleurs, le contenu risque de ne plus être intéressant pour les destinataires, car l’expéditeur n’a pas assez de temps pour proposer du contenu convaincant. Il risque ainsi de se répéter et compromettre l’atteinte des objectifs.

 

En revanche, augmenter la fréquence de communication e-mailing comporte aussi des avantages. Certes, il ne s’agit pas d’envoyer le même contenu plusieurs fois dans la semaine ou dans le mois, mais de trouver la bonne périodicité d’envoi auprès d’une même cible. Il est alors conseillé de décliner le contenu autour du même thème, c’est-à-dire renouveler progressivement l’information diffusée. L’objectif, c’est de créer le désir d’en savoir plus, augmenter le taux de demandes d’information et inciter à l’acte d’achat. Cette démarche peut être très avantageuse, notamment pendant les périodes les plus importantes de l’année : les soldes, à Noël, les fêtes de fin d’année, etc. Pendant ces périodes spéciales, la concurrence est rude et un envoi de mails plus fréquent permet de se démarquer. De toutes les manières, les abonnés s’attendent déjà à recevoir beaucoup d’e-mails pendant ces périodes de l’année.

 

Envoyer moins d’emails : bonne ou mauvaise idée ?

 

Les abonnés apprécient recevoir des e-mails promotionnels lorsque ceux-ci sont pertinents et moins invasifs. Le premier avantage d’envoyer peu d’emails, c’est de ne pas lasser les abonnés. Accablés d’e-mails, ils peuvent les ignorer et les considérer comme des pourriels. Du côté de l’expéditeur, il peut disposer d’un peu plus de temps pour rédiger son e-mail. Il peut prendre le temps de peaufiner le contenu. En revanche, rédiger un contenu unique, attrayant et engageant peut être très chronophage, mais il est indispensable de privilégier la qualité. Ainsi, un seul envoi d’e-mail par semaine peut être très fructueux et payant.

 

Toutefois, un faible rythme d’envoi comporte aussi des inconvénients, notamment si l’envoi est planifié sur un jour précis. Dans ce cas, le professionnel peut manquer des opportunités importantes telles que le jour d’ouverture des soldes. Il y a également le risque d’être oublié par ses abonnés s’ils ne reçoivent pas assez de mails de la part de sa marque préférée. Ce qui pourrait être pénalisant, car se sentant oubliés ou délaissés, les abonnés peuvent se tourner vers la concurrence, voire se désabonner.

 

Dans tous les cas, la fréquence d’envoi dans une campagne d’e-mailing n’est pas une science exacte. Le plus important, c’est de ne jamais oublier les bonnes pratiques, notamment par rapport à cette fréquence d’envoi : entre autres, la segmentation des cibles, la connaissance de ses clients, al définition des objectifs et la qualité de contenu. Actuellement, selon leurs besoins, les marques peuvent bénéficier de l’accompagnement d’un professionnel pour bien réussir une campagne d’e-mailings.

Vous voulez être aiguillé sur l’e-mailing ? Contactez-nous sans hésitation !

Recent Posts

Start typing and press Enter to search

green_cels_bg

Votre objectif est d’optimiser votre site, contactez-nous !